Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:10


 

 

          Depuis la veille, ils avaient commencé à emménager dans les nouveaux locaux. Avec ces bureaux  plus spacieux,  la Direction ne manquerait pas de lui manifester une reconnaissance à la mesure de ses responsabilités actuelles. Surtout que la confidentialité de certains dossiers et les prises de contacts  stratégiques qui lui incomberaient dorénavant, nécessiteraient que son bureau soit d'une taille suffisamment importante pour permettre la tenue de nombreuses réunions.

 

        A l’extérieur,  un souffle d’air glacé la fit frisonner, lui faisant regretter ses bottes fourrées. Son manteau en renard argenté était, lui par contre, tout à fait de saison. Une bourrasque l'enveloppa  et la poursuivit jusque dans l’autobus. A cette heure, la vague des usagers s'étant clairsemée, elle put trouver  une place assise.


       Les nouveaux locaux n’étaient plus qu’à quatre arrêts de bus. Quand viendraient les beaux jours, elle s'y rendrait volontiers à pied.


 Le quartier était agréable et un des plus huppés de la Capitale. Les commerçants commençaient déjà à  solder les vêtements d’hiver, et ceci jusque sur le trottoir. La collection de printemps apparaissait  timidement, ça et là, dans certaines vitrines. Des camions, garés en double file, faisaient les dernières livraisons. Les kiosques à journaux avaient  été pris d’assaut, car on n'y apercevait  plus que quelques hebdomadaires. Les piétons semblaient être les habitants du quartier ou des touristes en quête de bonnes affaires. Depuis la nouvelle législation les motos-crottes se raréfiaient et les chiens aussi, apparemment. Des habitués, feuilletant leurs quotidiens, avaient déjà pris place aux vitrines des cafés. Le soleil hivernal, étincelant, lui fit cligner des yeux. N’eussent été le froid, et le manque de végétation, on aurait cru que le  printemps était déjà là. Distraite par un passant avec une poussette triple, elle faillit manquer l’arrêt.

 

L’entrée de l’immeuble était encombré par des  meubles et des cartons. Bien qu'elle privilégia  habituellement les escaliers, , comme elle était en retard aujourd'hui, elle choisit   l’ascenseur. Les locaux n'étaient pas encore tous emménagés, mais la majorité des bureaux semblaient   déjà attribués. Ceux qui les occupaient semblaient  opérationnels.  Mais comme elle approchait, elle se rendit rapidement compte que les conversations étaient toutes d'ordre privé.  


          
Arrivé à l'emplacement qui aurait pu lui convenir, elle fut surprise de découvrir qu’il était occupé par son adjoint, qui, en se levant à peine,  lui serra la main du bout des doigts.  Ravalant sa surprise, elle se dirigea vers un  petit salon de réception où elle dénicha un siège au milieu des cartons, puis  sortit  le dossier qu’elle avait commencé la veille. Sa secrétaire lui apporta, comme tous les matins, un expresso. Plusieurs employés vinrent lui proposer leurs bureaux, se proposant même de se serrer dans ceux qui restaient. Presque tous les cadres de l’étage défilèrent et lui serrèrent chaleureusement la main. Impavide et souriante elle comptait mentalement ceux qui lui étaient restés fidèles. Un téléphone  lui fut tendu, avec un air contrit et désolé. C’était un appel du Président de la holding. Après l’avoir rapidement salué, il lui affirma que le temps était de l’argent et que bien que reconnaissant ses compétences et son intérêt pour le groupe, un  point très important  de nos jours l’handicapait, sa trop grande gentillesse vis-à-vis de ses inférieurs, et sa réticence à obéir à certains ordres. Mais, quoi qu'il en soit, elle leur était encore utile.  Et comme elle le savait, certainement, ils avaient fusionné, d’où leur déménagement vers dès locaux plus appropriés à leur nouvelle image. En conséquence de quoi, trente pour cent du personnel actuel, devait être remplacé par celui de la nouvelle Société. Les lettres de licenciement, avec effet immédiat, étaient prêtes, elle n’avait plus qu’à y mettre des noms. Tous les autres seraient ses collaborateurs directs. Et il la félicitait encore  pour sa  nouvelle promotion.

 

 

 

         Ce matin d’hiver, elle s’était   levée tard, car, contrairement  aux autres jours, le téléphone, n’avait pas sonné. Après une douche rapide, elle se glissa dans un tailleur saumon et enfila des escarpins noirs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia