Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 09:32

Anesthésie Amour et Fantaisie  par  Jacqueline Patriarche
 Société des Ecrivains

 

L’auteur nous entraîne dans le quotidien d'une vie d' infirmière dans les années 50. Notre héroine surnommée Françoise Lafleur est par sa philosophie de la vie le précurseur de travail, carrière, et  libération sexuelle pour les femmes. Mais cette non-autobiographie se télescope étrangement avec la vie de l'écrivain, qui finit ses études d'infirmière d'Etat en 1952 et est affectée, cette année là-même à l'hôpital Necker.
En 1956, quand  elle fait sa spécialité en anesthésie,  les premiers diplômés, avant elle, pour cette spécialité furent des infirmières.
Nous pouvons en conclure qu'elle mena avec maestria sa carrière d’infirmière anesthésiste, en mettant  un point d’honneur à ne perdre aucun malade. Et que, malgré une carrière où les vacances avaient peu de place, ne prit sa retraite qu’en 1991.

 

 

Elle écrit avoir beaucoup appris en écoutant les autres, ses parents en premier. Non pas leurs conseils, mais ce qui les avait fait réussir ou échouer dans la vie;  se faisant rapidement ainsi une idée du monde. Ce qui la décida à devenir une femme libre, par ses études d’abord, par son travail ensuite  et surtout dans ses amours.

 

Ce livre est avant tout un document d’anthologie qui décrit toute une tranche de vie de l’histoire de la médecine hospitalière. Une époque où rien n’était encore établi et où les infirmières devaient souvent jongler entre plusieurs hôpitaux. Une époque où l’on n’hésitait pas à remplacer les médecins par de simples infirmières quand venait l’époque des vacances. Et où celles qui voulaient travailler, enchaînaient plusieurs postes d’affilés, tout au long de l’année, et assurant leur service plusieurs jours à la  suite. Elle avoue de n’avoir eu parfois que des temps de sommeil fragmentés. Mais que sa « bonne nature » lui permettait de s’endormir rapidement, même en position assise, quand son temps de repos était arrivé, même s’il ne durait que deux heures.

Rouquine affriolante elle ne dédaignait pas non plus un beau garçon. Sa vie menée avec entrain ne lui laissa aucun regret, surtout quand elle rencontra l’âme sœur.

Toutes ses vies s’enchevêtrent et se complètent.  Comme un bâtisseur, elle a érigé la sienne, patiemment, pierre après pierre. Elle a connu tous les bonheurs et des périodes d’épreuve également. Mais elle a tout accepté, sans jamais baisser les bras et n’a jamais exigé de la vie ce qu’elle ne pouvait lui offrir.

 

L’écriture est fluide, comme coulant de source. Malgré le thème abordé,  assez ingrat il faut le reconnaître ; celui de la médecine hospitalière, on ne perd pas un seul instant le fil du récit. On  n’est pas tenté non plus, comme  pour certains ouvrages du même ordre, de survoler certains passages. Et  il est même difficile de refermer le livre avant de l’avoir terminé.

 

Chantal Sayegh-Dursus

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Méryem 11/07/2009 20:01

Il n'est dit nulle part dans le Coran que la femme doit porter un voile. Il est précisé qu'elle doit protéger sa gorge, comme le "cachez ce sein que je ne saurais voir". C'est donc bien du pipeau. Lire le magnifique petit livre de Abdelaziz Kacem "Le voile est-il islamique ?", remarquable d'intelligence et qui explique le pourquoi du comment.

Punch-frappe 12/07/2009 12:30



Je n'y manquerai pas Méryem. Et pourquoi pas le présenter et le commenter quand ce sera fait.
Il est vrai que Jacqueline Patriarche a été une femme libre à une époque où dans les familles françaises des jeunes femmes se suicidaient encore, car elles ne pouvaient faire face à la pression
de la Société et de leur famille. Je me souviens encore dans la petite ville où j'étudiais, une d'entre elle s'est jetée d'une tour de 15 étages qui venait d'être terminée. Après il y a eu la loi
de Simone.

Mes amitiés

Chantal



Christian Dutasta 30/06/2009 15:45

Témoignages de chocs venant des blocs opératoires. A lire absolument, la loi de MME Simone VEIL DE 1976 est un grand pas pour la femme voir une révolution. Alors que la burqa arrive  ? ...Christian.

Punch-frappe 30/06/2009 19:37



 Bonjour  Christian,
 Il est certain que la loi Weil a fait beaucoup pour les femmes qui se trouvaient dans une situation inextricable ( inceste, viol, pauvreté, extrême  jeunesse...). Car il a beaucoup
moins d'avortement de confort qu'on veut nous faire croire.
Pour la Burqua je ne sais pas. Il a été dit que c'était un voile de protection pour la femme musulmane et il a été prouvé que celles qui la portent sont les moins protégées. Et la pratique de
toute religion en se basant uniquement sur des signes extérieurs a toujours donné naissance au fanatisme (bouclettes, Croix de vingt centimètres...)



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia