Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 13:11

Une vie sur l’eau, au fil du temps.

 

 

Sur le fleuve vert charriant les alluvions drainées depuis les sources premières, elle suit des yeux  les petits bouchons tressautants que représentent les barquelettes bousculées par les flots. Captivée, elle lève la tête, et est saisie par le tableau fluctuant d’un  ciel  revêtant les couleurs évanescentes des longs crépuscules d’hivernage ; écheveaux de teintes chaudes entremêlées en une coiffe incertaine, se mirant dans une eau aquarelle qui, tout comme une élève assidue, s’applique à reproduire avec minutie les moindres touches de l’œuvre du Maître.

 

Avant les grandes crues du début de mousson, les hommes s’affairent à la dernière pêche. Les enfants gambadent  insouciants  sur le pont passerelle qui enjambe l’onde couleur  émeraude.  Et comme des feux follets de fin de jour, elle peut entr'apercevoir la blancheur bondissante de leurs tuniques sur le fond de l’air électrique.   

C’est une saison de l’année, entre toutes discernable, où les eaux, les cieux et la terre semblent vouloir se fondre en un pont incertain.

 

Eddine chantonne, car elle a accouché de deux garçons hier ; comme in tempo(1) avec les exigences du temps. L’un s’appelle Luil et l’autre Manoël. Elle les a placés tête bêche dans le nouveau panier de jonc, que les femmes du village ont confectionné en toute hâte, pour cette jumellité inattendue. Auparavant, comme pour s’amuser, elle en a couvert le fond de la toile huilée, troquée l’année dernière contre un panier de lianes au marchand ambulant.  Et pour parfaire le tout, elle l’a tapissé de feuilles de bruyère et, avec le reste du ciré, crée un petit toit.  Satisfaite de cette innovation, elle y a  glissé les jumeaux, puis posé le tout sur une couche d’herbes sèches.

 

Elle a déjà eu trois garçons avant eux. Ils s’en sont allés vers le Nord  il y a longtemps déjà ;  audaces fortuna juvat (2). 

 

Elle fait virevolter, pardessus son épaule, sa longue tresse mordorée et ramasse le panier d’osier du linge tout frais lavé.

Petro rentrera bientôt des hautes terres avec l’âne. Il y a  monté, peu à peu, leurs quelques meubles en bambou, noués ensemble par des cordelettes de chanvre, ainsi que des provisions de riz et de poisson fumé, qui leur permettront de tenir  jusqu’ à la fin des pluies.

Ses yeux verts se voilent de tristesse. Ils sauveront, peut-être, s’il ne tarde pas trop,  l’essentiel de ce qu’il n’a pu emporter. Et quand viendra le temps de fin de crues, ils redescendront, comme chaque année, vers les basses terres. Il faudra alors tout reconstruire et tout recommencer ; ils sont hommes de l’eau, suivant le cycle des saisons des pluies. Et, à l’image des araignées, ils refont incessamment la toile  malmenée qui leur sert à se poser,  nil novi sube sole (3). Pourtant, nulle rancœur n’étreint son âme, car elle sait qu’ils sont les enfants du fleuve, et qu’il ne leur a  jamais ménagé ses bienfaits ni sa générosité.  Il refertilisera la terre et les prochaines récoltes seront au rendez-vous.

Maintenant, ils guettent tous  l’exode des rats d’eau. Quand ils creuseront leurs abris plus haut vers les terres,  le signal du départ sera alors donné.

 

Mais, soudain, sans que rien ne vienne l’annoncer, elle se sent saisie par des bras puissants, qui l’enveloppent et l’emportent. Cette fois, le maître de l’eau est venu par surprise, car il entend   ramener ce qu’il y a de meilleur. Cependant  nulle révolte, ni  inquiétude ne la trouble quand ce torrent grossissant sans cesse et s’alourdissant de sa propre force la submerge. Car  elle voit le petit Moïse, confectionné la veille, flotter et filer pardessus  les flots ;  nouvelles semailles lancées vers de nouveaux lieux ; alluvions de chair envoyées pour se reproduire sous des cieux  inconnus. Elle sait désormais que chaque pensée, geste  ou chose est une note jouée dans l’harmonie  de la vie, et que les hommes  ne sont que les simples passagers de l’eau et du temps, … tempus fugit quoque l’aqua (4).

 

(1)   au diapason

(2)   la fortune sourit aux audacieux

(3)   rien de nouveau sous le soleil

(4)   le temps s’écoule tout comme l’eau

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Pas trop mal réussi, je te tiendrais au courant des résultats si tu veux !Merci pour les encouragements, ça fait vraiment plaisir.
Répondre
P


Ce ne sont pas des encouragements, c'est une note: 19/20



P
Je suis installée sur le bord de ce fleuve et je me laisse emporter par  une écriture vive et riche.De ce berceau sur le fleuve, de ce petit Moïse du peuple des eaux, jaillit déjà mille vies possibles. Cette mère patiente qui accepte tous les départs sait en mourant que l'enfant vivra.Merci pour cette terre, pour cette mère, pour le rêve, et pour le fleuve.
Répondre
P


Je te remercie Polly. Tu as bien pénétré l'esprit du texte. Nous sommes de passage et nous nous projetons dans l'avenir à travers nos enfants. S'ils vivent et sont heureux tous nos rêves sont
comblés. Et il y a aussi un côté biblique, car nous sommes des fétus de paille dans le torrent de la vie et notre destin est entre les mains de Dieu.
Amitiés.



L
je decouvre votre blog coup de coeur
Répondre
P


Je vous remercie, je vais retourner sur le votre bientôt car je n'ai pas épuisé toutes les surprises que je n'ai fait qu'entrapercevoir.



T
Voilà qui est fait ... Liens consultés :)) Une diversité impressionnante de contributions, et jamais de langue de bois ...Ca me plaît! Tu devrais trouver sur mon blog, dans la rubrique "coup de gueule/de coeur" par exemple, quelques textes qui te plaisent.Sans compter un peu d'économie selon le Docteur Panglos-Sarkozy  (Dans la vraie vie, je suis économiste)A bientôt Chantal, amicalement
Répondre
P


Dans la vraie vie je suis Journaliste

A bientôt!



T
Je vais voir ça ... Merci, amitiés
Répondre
P


Oui, à tout à l'heure, je vais aller sur ton blog

A+



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia