Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 13:35

 


 

Mon jardin se meurt,

Il est peut-être déjà mort.
Il est comme un vulgaire terrain vague.
Les deux buis de l’entrée sont desséchés.
Les iris, qui furent si prolifiques,
Ont maintenantl’aspect d’un bouquet rachitique.
Le laurier est à presque mort,
Et ses moignons font piètre figure,
Ses fleurs furent petites cette année.
Le rosier sous sa treille n’a pas été taillé,
Les bourgeons ont grossi comme des prunes,
Et  pendent maintenant sur son corps rachitique.
Les herbes folles rampent le long du sol,
Comme les poils hirsutes d'un animal malade.
Ce qui fut naguère une pelouse n’est plus qu’une pelure.
Les herbes aromatiques n’ont pas survécu,
Seuls les groseilliers ont porté,
De belles grappes vermeilles, de fruits gros comme des billes.
Le cassis a donné également de beaux fruits.
Mais le framboisier et le mûrier sont restés trois mois en souffrance,

Avant d’être replantés, après mon accident, 
Donc un seul a survécu,
  
A l’arrière, près de la véranda,
Le cerisier a donné quelques fruits,
Dont se sont régalés les oiseaux assoiffés.
Mes trois buis de l'arrière sont tout à fait morts,
Le figuier, lui, s’est desséché complètement,
Une mauvaise herbe prolifique l'a totalement étouffé. 
L’hibiscus bleu s’est bien comporté.
Les autres plantes ont survécu comme elles ont pu. 
Les herbes folles font à mon jardin couronne hirsute.

Mais au lieu que de le plaindre, ou au lieu que de me plaindre,
Dans quelques minutes, armée d’une béquille,
Assise sur une chaise en plastique toute bleue,
Je défricherai ce petit jardin abandonné,
Je changerai mes buis,
Et avec un échenilloir, je taillerai mon rosier.
Par un jet d'eau , je rendrai à ma terrasse en marbre rose son bel aspect d’antan.
Puisque dans cette maison, j’ai décidé de vivre tout comme auparavant.
Sur un ton directif, je  forcerai ceux qui peuvent marcher sans peine,
A creuser des trous où je pourrai planter toutes les belles plantes,
Qui m’ont si souvent fait envie, dans les émissions de Stéphane Marie.
D’un jardin sec et stérile, je créerai en trois jours un coin de paradis.


C’est ma vie qui recommence et puisque je vais remarcher,
Faisons pour ce jardin ce que je ferai pour moi assurément demain.
Projetons vers lui tous les désirs enfouis,
Replantons ce qui ne fut qu’en sommeil quelque temps.
Que la volonté de lui rendre le faste qu’il n’eût qu’en rêve,
Guide également mes créations futures.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Didier 28/01/2010 15:45


Beaucoup de nolstalgie dans ce manifique écrit
une tristesse infinie dans ta plume de diamant et ta main d'or
bises
Didier


Punch-frappe 29/01/2010 02:34


Merci Didier, je suis émue par tant de compliments


Dutasta 05/01/2010 15:13


Le jardin c'est de l'amour, ça s'entretient, parfois le soleil se couche trop tôt et tout est blème...  Le soltice passe,  la main et la rosèe se rencontrent comme les lèvres humides
après un long baiser. Tout renaît et les oiseaux gazouillent sur les branches accueilantes.
Christian.


Punch-frappe 05/01/2010 15:23



Tu pourrais encore étoffer le texte et en faire un très bel éssai.

Et encore bonne année 2010 à toi,  Christian, et surtout la réalisation de toutes tes souhaits.



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia