Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 10:54

 

Livres.jpg

 

 

Elle se dépêchait, car c’était le dernier jour, le dernier jour après une année de travail acharné, la dernière opportunité de  pouvoir enfin livrer la totalité de sa dernière collection. Cela faisait des mois qu’elle y travaillait, et les avais enfin répertoriés, tous les vingt meilleurs éditeurs. Il était convenu qu’ils se rencontreraient aujourd’hui, et ils l’attendaient tous.

Ensuite viendrait l’heure du choix ; une semaine toute entière pour effectuer une étude comparative et approfondie de leurs différents contrats.

 

Sa fille l’accompagnait aujourd’hui. 

 

Une foule impressionnante, se bousculait, s’agglutinait aux rares guichets qui la canalisaient, la filtraient. Quand elles s’y présentèrent, elles durent toutes deux montrer patte blanche. Car,  comme d’habitude à ces Salons, il y avait autant d’auteurs aspirants, leurs manuscrits sous le bras, que d’éditeurs et d’écrivains présents. D’ailleurs c’étaient ces derniers les plus gros acheteurs. Les autres, simples lecteurs, venant par pure curiosité, feuilletaient, questionnaient, mais ne faisaient généralement que de maigres achats. C’est pour cette raison que le ticket d’entrée leur était facturé au prix fort, car tous en convenaient : ils encombraient et gênaient tous les initiés de l’écriture, les  acharnés et les bourreaux du traitement de texte, les mordus et les idolâtres de la création littéraire, les adorateurs du livre.

 

Le Salon était grouillant de monde, bruyant, exubérant, comme un gigantesque anaconda se nourrissant de son essence même, et se régénérant par sa propre dynamique.

 

Elle espérait  aussi  aujourd’hui ; profitant de l’opportunité du Salon, faire rapidement, et à un coût tout à fait raisonnable, une copie analogique de tous les ouvrages convoités. Elle avait d’ailleurs emporté son  Xpad à cette fin. Elle enrichirait également sa collection papier de quelques exemplaires rares d’époque qu’elle espérait bien y dénicher. Son budget prévisionnel de la journée prévoyait une emplette de plus d’une soixantaine d’ouvrages, ou d’avantage, selon ses coups de cœur du moment.

 

On peut dire qu’elle était maintenant  un auteur reconnu, car  elle avait produit bien plus de vingt livres que maintenant tous s’arrachaient. Mais auparavant, il avait bien fallu se faire connaître. La biographie d’un homme politique controversé, expédiée en moins d’une semaine, lui avait ouvert les portes des plus grands journaux nationaux, et réussi à la faire apprécier, là où ses enquêtes fouillées sur des sujets d’actualité n’avaient rencontré qu’indifférence générale. Ensuite il avait fallu s’assurer qu’aucun des manuscrits qui attendaient leur heure sur ses nombreuses clés USB ne connaissent une fin de vie prématurée, si elle les confiait à l’éditeur inadéquat. Le succès de son premier ouvrage l’avait heureusement rendue populaire. Elle avait pu choisir ainsi ceux dont les canaux de distribution lui garantissaient une promotion et une diffusion mondiale  assurée et immédiate. Maintenant elle s’attaquait à la Collection Jeunesse, et cela avait été plus qu’ardu, car quoi imaginer après Tunnels, Harry Potter et Twilight   Mais elle n’en doutait pas ce qu’elle venait de produire serait un immense succès, étonnant, innovant et éclipserait de loin tous les autres.

 

Si sa fille était venue aujourd’hui, c’est parce qu’elle se destinait à une filière  littéraire. Comme elle était actuellement en 4e, elle  avait déjà publié ses trois premiers livres, comme exigé et convenu dans son programme d’éducation. En Terminale, elle en serait au 7e. Sa mention au Baccalauréat dépendrait de son lectorat. Entre temps elle enrichissait chaque jour ses réseaux sociaux de dizaines de nouvelles connaissances. Mais c’était  pour elle chose facile, grâce à une vie sociale fort active ; elle dirait même très agitée.

 

Mais c’était encore, parait-il, les années d’or de l’écriture. Elle avait ouï dire que les temps seraient de plus en plus durs pour la création littéraire, surtout depuis qu’avec   les nouveaux logiciels éducatifs, dès les premières règles d'écriture acquises, les plus jeunes dans les Ecoles primaires s’étaient déjà mis à l’autoédition ; les correctifs d’orthographe leur assurant une syntaxe parfaite.

Le langage parlé des parents favorisait,  il est vrai, les élites. Mais même un parler trivial était vivement encouragé car il avait aussi son lectorat ; bien qu’il ne fût pas encore accepté dans  les grandes bibliothèques nationales.

 

 

 

 

13 mai 2011

 

Air du Temps- ©CopyrightFrance.com

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia