Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 21:36

La maison de grand-mère au Port-Louis

 

(...)

           Ma grand-mère, malheureusement, ne l’entendait pas de cette manière. Elle avait décidé, en plein vingtième siècle, de m’inculquer le code de bonne conduite des filles de la famille du siècle passé : aucune robe ou jupe  au-dessus du genou ; me faire très discrète quand nous recevions, ne prendre d’aucun  plat que je ne sache manger, dégager ma gauche quand on venait me servir, dégager ma droite quand on me desservait, sauf pour le vin, servi à droite, l’usage et la liste des différents couverts, ne laisser sur les côtés de l’assiette que les avants bras, auparavant elle exigeait les poignets, ne jamais couper sa salade, ne manger avec les doigts que si  la maîtresse de maison m’y invitait, ne jamais m’asseoir ou commencer avant elle, ne pas plaisanter avec les domestiques ; attendre les demandes en mariages, ne pas me précipiter sur les garçons (comme si je le faisais).

 

          En effet, l’éducation des filles  était,  très élaborée et celle des garçons réduite à la plus simple expression, voire carrément machiste. Ce qui faisait, qu’au moment du mariage, celles-ci   voyaient souvent se présenter devant leurs chaussons de satin des  godillots boueux ; soit elles sautaient  le pas en se voilant les yeux, soit  elles choisissaient le célibat, tout en attendant un hypothétique prince charmant. C’est certainement pour cette raison  que l’arrivée des S.M.A [1] de Métropole, professeurs ou médecins, jeunes gens de bonne famille, avait crée, à son époque, une importante hémorragie de jeunes filles à marier. Les Iliens, jeunes gens à l’époque, s’en souviennent encore, comme d’un grand camouflet.

 

(...)

  


 
 [1]  Service militaire adapté

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marlou 19/09/2012 15:07


Il faut vivre avec son temps pas avec celui des adultes si bienveillants soient-ils !


Un grand problème...


Amicalement

Punch-frappé 20/09/2012 02:48



Surtout qu'à l'époque les mini-jupes étaient de mise.


Bonne journée



mamazerty 19/09/2012 10:01


j'ai lu un beau petit livre pudique sur ce sujet,fins petits chaussons et godillots boueux sur la descente d e lit... "sur la plage de Chelsea",apparemment situé vers 1960/65, pas si vieux en
somme...moi même très brimée aussi,mon frère viva la libertad...hélas j'ai l'impression que çà continue de façon bien plus sournoise mais encore....

Punch-frappé 20/09/2012 02:46



Exactement, et quand je vois à la télévision le comportement des ados dans les cités ( vêtements informes pour cacher le corps des filles etc...) je me demande même si l'on n'a pas
régréssé d'un siècle pendant ces vingt dernières années.Sans oublier les salaires toujours de 30% inférieurs pour les femmes, comme si elles étaient encouragées à se faire
payer ce manque à gagner par un mari ou un compagnon contre leurs charmes ou des journées doubles.



gilbertilo 19/09/2012 07:26


Comme je fus rebelle et réfractaire à toute forme de rigidité dans ma jeunesse,je déplore aujourd'hui l'incivisme quotidien.Les règles de bases si irritantes soient-elles sont le socle
résistant.Qu'on les transgresse en toute conscience, peut-être par provocation est bon pour la santé quand les fondamentaux nous tiennent debout.

Punch-frappé 20/09/2012 02:38



L'on se construit toujours en opposition à un modèle préformaté et souvent rigide, mais je pense que l'éducation sont les règles que nous nous fixons nous-mêmes pour définir notre
rapport aux autres...afin d'en tirer une satisfaction optimale.


Bises et bonne journée Gilbertilo



Christian Dutasta 18/09/2012 15:23


Les premières lignes sont du savoir vivre, enseignés encore dans les écoles hôtellières. Les règles de vies sont toujours à apprendres, mais les époques ont changées, entre la droiture des règles
et le laisser- aller de maintenant il faut trouver le juste milieu, pour que le vivre ensemble reste supportable!...


Chistian

Punch-frappé 19/09/2012 03:22



C'est une question de cercle de vie et de milieu social je pense, mais ne pas offenser ou blesser  les autres et la charité du coeur sont ,je crois, les premières
règles d'éducation à retenir. 



legrenierdemimi 17/09/2012 18:33


Ce temps n'est pas si vieux que cela. J'ai connu beaucoup de ces règles pendant mon enfance. J'en ai transmises certaines à mes enfants, comme bien se tenir à table... mais j'ai banni celles qui
faisaient des différences entre les garçons et filles... Bonne semaine. Mimi

Punch-frappé 19/09/2012 03:16



Je crois qu'elles sont toujours d'actualité. Bien que les enfants ne retiennent que certaines et s'en inventent d'autres...



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia