Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:56

 paysages-d-hiver.jpeg

  

 

Quand elle revoyait sa vie, les même pensées lui revenaient  comme une ritournelle : « pas de chance, pas de chance, pas de chance » !

 

              Pourtant, sa venue au monde avait été espérée pendant des années ; pendant onze longues années.

Sa vie avait été longée d’obstacles multiples qu’elle avait surmontés, les uns après les autres. Mais  si c’était à refaire, elle n’était  pas certaine d’être encore partante. Car la détermination qu’elle avait mis à les contourner l’avait éloignée encore davantage de son but, et de la finalité première de son existence.

 

            Toute cette belle énergie elle l’avait dépensée en vain, jetée aux orties en quelque sorte. Car dès le départ, tout semblait s’être mis en travers de sa route. Pourtant elle s’était battue, elle avait lutté chaque jour de son existence. Mais elle était  née trop tard. Tout avait déjà été dilapidé, dépensé, et le reste dérobé, par quelqu’un de sa propre famille ; quelqu’un de proche pourtant mandaté pour gérer  les biens des siens. Bien qu’elle  n’en veuille à personne, car Dieu l’avait heureusement doté d’un caractère non rancunier. Sinon elle aurait trouvé le moyen de faire recracher jusqu’au dernier franc or. 

 

             Quand elle fut mise en pension, elle n’avait que 5 ans et elle y resta jusqu’au Baccalauréat.

Mettre un enfant en pension à cinq ans, n’est-ce pas une forme d’abandon ?

Alors, comme elle ne revenait qu’aux grandes vacances, elle s’était élevée seule, avait  appris et s’était faite seule.

Quand elle eut acquis suffisamment de connaissances, elle les enseigna  aux autres en donnant des cours particuliers. Elle s’offrait ainsi ses livres et sa garde-robe de rentrée.

 

              Le neveu, que ses parents avaient élevé était le plus chanceux. Car  il avait reçu tout ce qui lui était destiné, mais  bien  avant qu’elle ne vienne au monde. Pourtant, il leur avait   tourné le dos à la première employée agricole qui lui a fait les yeux doux. Même pas un merci, ni un au revoir. Ils ne l’avaient plus jamais revu de  leur existence. Tout cela parce que maman lui avait dit qu’il méritait mieux. Donc ils avaient pu ainsi vérifier l’adage stipulant que l’on ne pouvait compter que sur ses propres enfants. Car, elle, elle s’était occupée d’eux toute sa vie. Bien que ce ne soient pas de mauvais parents. Ils lui avaient donné tout ce qu’ils pouvaient lui donner et rien de ce qu’ils ne pouvaient lui offrir. Malheureusement, à l’époque ils n’avaient plus rien donc ils ne purent donc lui offrir grand-chose. Mais, elle, elle était leur bâton de vieillesse, comme on le disait alors.

D’autres parents, plus fortunés, venaient chez eux de temps à autre. Et  elle entendait sa mère parler de leur très grande pauvreté et elle, elle en  avait honte. Comme si l’on pouvait se glorifier d’être pauvre !

Ce souvenir lui avait appris à n’informer quiconque de ce qu’il y avait dans son porte-monnaie. Donc on l’avait souvent prise pour plus riche qu’elle ne l’était. Et tant mieux, car elle préférait faire envie que pitié. Car tant qu’il lui resterait un souffle de vie, elle ne mendierait pas un sou. Elle  choisirait de manger son âme en salade et que nul n’en sache rien.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gilbertilo 09/11/2012 17:37


Comme tu me le demandais ,serait-ce autobiographique chantal?Peut importe !Quelqu'un disait ;"la vie peut être une vraie salope".Ce à quoi je répondais ;"les hommes qualifient souvent de salope
une femme ne cédant pas à leurs désirs.La vie est ce qu'elle est,il ne tient qu'à nous de l'embellir.Bonsoir ,à bientôt.

Punch-frappé 10/11/2012 02:37



Pas du tout autobiographique, rassure-toi. Mais je crois qu'avec la crise et toutes les tuiles qui nous tombent dessus, il nous faudra batailler dur pour ne pas se retrouver dans le même
état d'esprit .



écureuil bleu 07/11/2012 21:48


Bonsoir Chantal. A force de répéter que l'on n'a pas de chance ça finit par arriver. Ton héroïne est intéresante. Bonne soirée et bisous

Punch-frappé 09/11/2012 00:45



Tu as raison il faut positiver. Merci d'être passée Ecureuil bleu



mamazerty 05/11/2012 15:47


oh voila qui est à bannir,penser qu'on n'a pas de chance...je n'arrive même pas à comprendre ce que çà signifie!!!!çà m'a l'air d e contenir assez de rancoeur et d'envie pour empêcher d'accéder à
un seul petit instant de pure joie....un truc bigrement mortifère!!!!


et je me suis régalée,par contre avec l'expression "manger son âme en salade"....

Punch-frappé 05/11/2012 16:57



C'est l'histoire  d'une femme qui croit que tout ce qui lui arrive est fatal. Elle s'enfoncera peu à peu dans l'échec et le malheur en ignorant les mains  tendues.   Par
contre elle ouvrira les bras à ceux qui l'exploitent et la méprisent, car ils la justifient dans le destin qu'elle croit être le sien.



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia