Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 15:06

a001.jpeg

 

Incipit:

 

" Il est vrai que j'ai logé six balles dans la tête de mon meilleur ami, et pourtant j'espère montrer par le présent récit que je ne suis pas son meurtrier" ( Lovecraft).

  

 

Mais, s'il est également vrai que je sors habituellement avec un pistolet chargé. Non que je croie nécessaire de devoir m'en servir un jour contre une quelconque agression. Mais, tout comme un chien, il me tient compagnie. Il me rassure, surtout quand je traverse les quartiers mal famés du vieux Londres. Mais, tout comme un chien également, je n'ai jamais eu l'intention de l'utiliser contre quiconque.

 

Ce jour-là, comme tous les soirs, à la même heure, je passai prendre James.

Nous cheminions ensemble vers notre pub habituel. Le grincement de nos brodequins sur le pavé inégal était le seul écho que répercutait la rue de Kensington. Soudain, d'une bouche d'égout sortit un chuintement; comme un bruit de canalisation qui se vide, puis plus rien.

Et à chacune des huit bouches, jusqu'au pub, nous entendîmes ce bruit étrange; s'arrêtant, dès que nous les avions dépassées. Puis une brume, légère d'abord, puis de plus en plus dense envahit la chaussée. Soudain,James s'agrippa à moi, avant de chuter lourdement. Ses lèvres émirent un chuintement bizarre, comme s'il eut voulu parler. Je le rattrapai par le bord du veston. Mais il sembla se disloquer comme un pantin. Je me baissai, mis sa tête sur mes genoux et tentai de le ranimer. Plus un souffle ne semblait sortir de ses lèvres. En tâtant  son pouls, je sentis qu'il ne battait plus. Et soudain, ricanant, il se dressa et me fit face. Ses yeux, comme un hologramme verdâtre, clignotaient dans le noir. Je compris alors qu'ils l'avaient tué et se servaient de son enveloppe pour perpétrer le même crime envers sur moi. Alors, machinalement, je sortis le pistolet de ma poche et tirai six coups. Mais ce fut uniquement parce que je n'avais pas le choix. Et si vous pratiquez une autopsie, vous vous apercevrez qu'il était mort bien avant.

 

Chantal Sayegh-Dursus

Partager cet article

Repost0

commentaires

La plume d'aquilon 26/06/2010 12:44



Nouvelle bien écrite, avec un sentiment d'être Londonien quelques minutes.


D'ou la force d'une phrase d'impulsion...Courte à la demande expansive à sur la page.


Bisous de Christian.



Punch-frappe 29/06/2010 15:36



Oui, petit exercice récupéré sur une feuille volante, que j'ai mis sur la toile avant de la perdre.


A bientôt



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia