Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 19:02

bougie allumée

 

Ils avaient eux aussi connu les tickets de rationnement au Maroc pendant la guerre, avec toutes les privations que cela signifiait. Elle plus que tout autre, car elle n’était que la bru. Quand un invité surprise se présentait, elle devait feindre de rester à la cuisine pour aider la bonne, mais en fait, c’est parce que si elle s’était venue à table son assiette aurait été vide. Donc par orgueil familial, il valait mieux donc qu’elle s’abstienne de s’asseoir avec les autres.                                  

 

Comme sa belle-mère était souvent souffrante, à cause d’un mal qui finit par l’emporter, elle devait remplir la plupart des tâches d’une maîtresse de maison, et surtout avait pris la responsabilité d’aller chercher le lait à quatre kilomètres  de chez eux. Car à cause de la canicule celui-ci tournait facilement. Elle courait donc en rentrant, car, s’il  changeait de texture,  il ne lui resterait plus qu’à le faire cailler pour réaliser du fromage. Mais quand les enfants étaient encore bébé, c’était vraiment une course contre la montre.  

 

Quand ils revinrent en France en 1947, son frère l’informa que leur sœur venait de décéder des suites d’une terrible grippe. En effet, depuis la guerre, elle était souffreteuse à cause des carences alimentaires.  Tout le sucre, l’huile et le savon qu’Emma avait entreposé chez eux avaient été pillés par leurs voisins, dès qu’elle était retournée dans le Sud-ouest. L’huile et le sucre ; des aliments indispensables. Maintenant elle les mélangeait pour constituer une sorte de pâte dont elle tartinait les tranches de pain du gouter de ses enfants. Avec les kilos de semoule qu’elle entreposait, elle leur faisait du couscous sucré pour le petit déjeuner, auquel elle ajoutait des raisins secs, et versait par-dessus une grande lampée de lait bien chaud. Il ne fallait surtout pas qu’ils s’affaiblissent pendant l’hiver. Surtout que l’air parisien favorisait les rhumes et les infections. Avec de vieux pulls qu’elle démaillait, elle confectionnait des chaussettes pour toute la famille. Le reste du temps elle tricotait de minuscules mi-bas en laine blanche qu’elle portait avec ses robes.  Il ne lui restait plus qu’à dessiner un fil au crayon tout au long du mollet pour faire croire qu’elle avait des bas. Le tissu manquait. Aussi, l’hiver, elle coupait ses tailleurs dans des costumes que son mari ne portait plus et confectionnait ses corsages, avec des vieilles robes hors-d’usage. La mode évoluait. L’été les robes de la marque Dorville étaient au goût du jour ; elles affirmaient la taille, échancraient le corsage et descendaient  à mi-mollet, mais elles coutaient assez cher à cause de la pénurie en tissu. Et cette année-là, Christian Dior redessinait la femme. C’est pour toutes ces raisons qu’elle s’était mise peu à peu à la couture.

  

 (...)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alexandre 07/01/2012 12:17


Ceci est bel et bien le début de quelque chose. Une aventure qui se poursuivra ou s'interrompra selon les événements.

Punch-frappe 12/01/2012 00:34



Tout à fait Alex



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia