Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 09:26

 carte de voeux-bouledore-preview 640x480

 

 

        Nous étions dimanche. La messe était terminée. Maman nous annonça qu’avant de rejoindre le Carbet nous devions nous rendre chez l’oncle Félix afin de lui souhaiter, à lui ainsi qu’à son épouse, nos vœux de Nouvel An. (…)

 

         L’oncle Félix était en fait un grand-oncle par alliance qui avait épousé l’une des sœurs de notre grand-mère paternelle. Aucun enfant n’était né de leur union. Ils vivaient tous deux dans une maison de ville, en ciment, de deux étages; un petit immeuble haut et étroit, de couleur crème, situé dans le bourg, face au Commissariat. Chaque niveau était ceint d’un balcon en pierre. Au rez-de-chaussée, il y avait un grand garage, et à l’arrière, tout contre l'immeuble, un bâtiment en  bois d’un étage ; qu’il louait au Collège où ma mère enseignait. (…)

 

         En arrivant chez l’oncle Félix, nous trouvâmes également des cousins issus de germains ; petits enfants d’une des autres sœurs de ma grand-mère paternelle. Et nous fîmes la queue afin de lui formuler nos vœux.

C’était une visite agréable et plaisante, car notre grand-oncle, un homme haut et mince, d’allure affable et débonnaire, avec de longs cheveux frisés et tout ébouriffés, coiffés à l’Afro, bien avant que la mode ne fut importée des Etats-Unis, nous accueillit à bras ouverts.

Il  faisait de larges gestes afin de ponctuer tous ses propos. A côté de lui était assise son épouse, une petite dame menue et souriante qu’il tenait amoureusement par la main et qu’il appelait « ma douce ». Je fus assez étonnée, non car que je n’avais jamais vu mes parents se comporter de la sorte, mais parce qu’ils avaient tous deux plus de soixante dix ans.

Quand ce fut mon tour, je lui souhaitais bonheur et santé, comme me l’avait dicté ma mère. Il m’embrassa affectueusement et je me dirigeai ensuite vers son épouse.

Je fus étonnée en repartant de m’apercevoir qu’il m’avait glissé dans la main  une enveloppe contenant une très belle carte de vœux.

Mais quand j’arrivai à la maison, comme je l’ouvrais afin de l’admirer, j’y trouvai glissé un billet de deux mille francs [trois euros]. Je n’avais jamais auparavant possédé une telle somme. C’était… deux cent fois mon argent de poche de la semaine. Mon jeune frère de trois ans mon cadet avait, lui, reçu mille francs. Cela représentait une somme encore plus importante pour lui qui n’avait que trois ans.

 

(…)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gilbertilo 08/06/2012 21:12


Quelle belle famille ,vraiment .

Punch-frappe 09/06/2012 13:03



Un minuscule détail d'une carte de voeux antique a réveillé ...Bises et journée Gilbertilo



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia