Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 22:02

usine-roubaix10

 

(...)

 

C’est à cette époque que  le gouverneur Sorin fut envoyé dans notre île.

Le navire La Jeanne croisait au large des côtes, prêt à écraser toute velléité de révolte. Ce qui n’empêcha pas Saint-Pierre et Miquelon de passer aux alliés  le 24 novembre 1941 ; puis vint le tour de Saint-Martin et de la Guyane.

 

 (…)

 

Après le 27 novembre 1942, quand la flotte française fut sabordée à Toulon, à cause de l’invasion de la zone libre par l’Allemagne nazie, les quelques bateaux échappés du sabordage se replièrent sur l’Afrique du Nord et les  liaisons maritimes avec la France furent complètement interrompues.   Nous fûmes, en ces années-là, invités à survivre par nos propres moyens.  

 

(…)

 

Pendant cette période, des petits métiers tels que la cordonnerie ou la couture devinrent une véritable industrie. On vit apparaître des chaussures en paille de cocotier, en herbe de « karata [1]» ou en caoutchouc de vieux pneus. Pourtant on pouvait acheter des chaussures en cuir fabriquées sur place, parfois même en cuir de bœuf, mais elles coûtaient fort cher. Aussi  la peau la plus utilisée pour les sandalettes et même les chaussures était celle de cabris.

Ces derniers constituaient, par ailleurs, une source de protéines animales non négligeable, car c’étaient des animaux rustiques et résistants, qui se nourrissaient de n’importe quelle ronce.

Quoi qu’il en soit, tout était économisé, repris, et réparé mille fois.

Les sacs de farine servaient à confectionner des vêtements et des draps. Les vêtements usagés étaient reprisés, recoupés, recousus. Tout avait de la valeur. Des feuilles de bananier étaient tressées pour faire des nattes. Les sacs de jute étaient très recherchés, car non seulement ils servaient à entreposer le sucre, mais également à faire des matelas. Ils étaient alors rembourrés avec de la paille de maïs séchée. Ces matelas improvisés paraissaient, au prime abord, confortables, mais ce n’était qu’en apparence.

Quand le jute fut épuisé, les sucriers commandèrent des sacs en coton au Brésil.

 

Pourtant nous plantions du coton. Les graines de coton étaient semées au début de l’hivernage, au mois de juillet, et la récolte se faisait  en plein carême, c'est-à-dire entre février et mars. Mais nous n’usinions aucun article, même le plus infime. Car aucune industrie de filage ne fut jamais initiée en Guadeloupe. Nos fleurs de coton séchées, épépinées, puis cardées ne servaient qu’à rembourrer nos oreillers ou nos matelas tapissier. Pourtant notre coton « longue soie », très recherché dès le  XVIIIe siècle,  approvisionnait l’industrie métropolitaine. Il avait permis  grâce  aux  avancées agricoles des cultures et leur amélioration d’être présent, là-bas, dès le début de la révolution industrielle.

 Les villes importatrices, avant la seconde guerre, étaient Rouen, Roubaix ou Mulhouse. En tant que colonie nous ne devions produire que ce qui ne pouvait être usiné en Métropole. C’est pour cette raison que notre savoir-faire se bornait surtout en recyclage ou à la récupération de produits déjà fabriqués.

 



[1]          Variété d’herbe souple et résistante qui blanchit quand on la fait sécher

Partager cet article

Repost0

commentaires

écureuil bleu 07/07/2012 21:18


Merci pour ce témoignage de la vie en Guadeloupe pendant la seconde guerre mondiale. Bisous

Punch-frappé 08/07/2012 17:39



L'on dit souvent que le navire La Jeanne était là pour aider, alors que tout au début, elle avait bien un rôle de surveillance et de répréssion.


Bises à toi, merci d'être passée et bon dimanche



marlalex 05/07/2012 14:25


Tu en as des souvenirs ! L'histoire me passionne depuis toujours...


Bisous

Punch-frappé 05/07/2012 14:47



C'est la première partie du roman "l'expert", dans La dignité des hommes, qui retrace la vie de mon père (que j'ai reconstituée) , la seconde " Jour j" représente mes vrais
souvenirs.


Bonne vacances, si tu n'es pas encore partie .



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia