Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 23:33

La maison de grand-mère au Port-Louis

 

             Mon grand-oncle de La Regrettée se rendait souvent en Métropole, aussi bien pour ses exportations qu’en voyage d’agrément ; parfois en bateau, d’autres fois par avion, selon les besoins du moment.

 

           Une année, je ne sais dans quelle foire ou lieu, une voyante lui prédit qu’il ne lui restait plus que deux ans à vivre et que sa mort serait violente et accidentelle. De retour au pays, il évita l’avion et n’utilisa sa voiture qu’en cas d’absolue nécessité.

Un jour, en revenant d’un mariage, où il s’était fait conduire comme d’habitude, par son chauffeur, ce dernier se trouva en possession d’une énorme part de gâteau et ne put dire qui la lui avait donnée et pour qui, car il était fin saoul.

A  partir de ce moment-là, mon grand-oncle ne se déplaça plus qu’à pied.

 

       Un jour, marchant, dans un sentier, sur ses terres, il fut violemment percuté, par un jeune cycliste ; fils d’une employée de sa plantation. Il resta deux jours dans le coma et mourut sans avoir repris connaissance. La mère et son garçon désolés et affolés s’excusèrent. Ma grand-tante leur dit que c'était la fatalité et que cela avait été malheureusement prévu des années plus tôt.

 

  (...)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gilbertilo 18/08/2012 21:34


Carpé diem dit -on.

Punch-frappé 19/08/2012 01:30



Oui, carpe diem.



marlou 14/08/2012 19:33


Un proverbe chez nous dit : Les mages mentent même lorsqu'ils ont raison...


Et c'est peut-être tant mieux...


Bonne soirée

Punch-frappé 14/08/2012 23:14



Tant d'éléments peuvent infléchir un destin . Bonne nuit Marlou



marlene04 14/08/2012 19:30


Pas possible ! Mais faut-il être fataliste et ne plus vivre car on a peur ?


Je pense que c'est malsain...


Amitiés


 

Punch-frappé 14/08/2012 23:12



Tout à fait. Serions-nous plus heureux si nous connaissions notre destin ?


Bises



mamazerty 14/08/2012 08:50


fatalité ou simple hasard, la mort est toujours inédite et parfois inattendue, mais elle est là....quelle histoire....ne pas connaitre l'heure et le commentd e sa mort est une grande chance, je
pense, car sinon on en oublierait de vivre....

Punch-frappé 14/08/2012 23:09



Effectivement, il aurait pu vivre pleinement pendant les deux années et se méfier au terme de celles-ci. Mais y pouvait-il vraiment quelque choses ?



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia