Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 18:20

Waterfall

 

                     Ma grand-mère maternelle, cassante de caractère, avec le visage de Miss Marple, et la coiffure aussi. Elle n’avait pas eu son Brevet d’étude, mais, son écriture était calligraphique et elle ne faisait aucune faute d’orthographe. Elle était très peu ménagère, mais commandait à merveille. La couleur de ses yeux variait selon ses toilettes du bleu, au vert ou  au gris. C’était une grande femme, mince et sèche, qui pouvait en deux mots vous tracer votre curriculum vitae, puis vous dicter la suite à y donner, dans votre intérêt. J’ai vu des gens verdir de rage, mais se maîtriser, et en fin de compte la remercier. Très pieuse, elle ne manquait jamais une messe ou une prière, et  s’habillait, de longues robes en indienne  pour la maison et en percale ou alpaga gris pour la messe. Elle portait toujours des chapeaux de circonstance, des bas gris, et ne sortait jamais sans un de ses parapluies de la couleur de ses tenues. Je ne lui ai connu aucun bijou, sauf des lunettes cerclées d’or.

 

Dès le début de son mariage, elle avait fait chambre à part ; estimant que c’étaient les gens du commun qui partageaient toute leur vie  le même lit et la même chambre.

 

 Comme de tradition dans ma famille, étant l’aînée,  elle devint ma marraine. Ce jour là, elle me dit avoir prié Dieu de m’enlever de suite, si je ne devais rien faire de bon ou «  mal tourner » (...)                 

 Elle nous demanda de l’appeler « Bonne-maman » et notre  grand-père « Bon- papa ». 

 

              Son père avait épousé en seconde noce, sa mère, sœur cadette et belle sœur de sa sœur décédée.                       

 

                Elle nous narra que sa mère était une femme de tête. En effet, le jour même de la mort de son mari, elle vendit une petite terre, qui lui fut payée au comptant -Il faut savoir qu’à cette époque-là, les gens gardaient leur argent chez eux et avaient fort peu confiance aux banques qui faisaient souvent faillite- Elle put ainsi régler deux ans de loyers d’avance sur toutes les terres louées.

Ce qui fit que, quand, lors de l’enterrement, de son mari, vingt quatre heures   plus tard, son propre frère aborda le propriétaire des terres qu’elle avait en location, et lui proposa :

_Maintenant que mon beau frère n’est plus, ma sœur ne pourra plus tenir ses engagements comme par le passé. Mais comme je suis de la même famille, et afin de ne point vous laisser dans l’embarras, je peux vous reprendre les propriétés que vous lui aviez confiées en location.

Le loueur put alors lui répondre :       

_Il est trop tard, votre sœur vient de me renouveler un bail de deux ans de plus que ce qui avait déjà été signé, et tout m’a été réglé au  comptant.

 

           En conséquence de quoi, pour leurs mariages, la mère  de ma grand-mère maternelle put doter, correctement, tous ses enfants, les filles et les garçons (...)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

écureuil bleu 17/07/2012 19:04


Voici deux femmes de caractère qui savaient ce qu'elles voulaient. Bonne soirée

Punch-frappé 17/07/2012 23:42



Bonne soirée à toi aussi écureuil bleu. Merci d'être passée.



gilbertilo 16/07/2012 22:12


Veux tu nous indiquer que tu es dans la lignée?

Punch-frappé 17/07/2012 09:32



La petite fille.



mamazerty 16/07/2012 21:35


as tu hérité de son caractère, de sa façon d emener sa vie, d e ses rapports aux autres?ce sontd es questions infiniment personnelles mais je ne te demande pas de réponse précise, juste savoir si
tu sens qu'elle et toi êtes du même sang ou pas....une femme "libre" par certains traits que tu nus dépeins, le fait qu'elle ne soit pas bonne ménagère et qu'elle rompe les
"obligations"coutumières  du mariage me la rendent attachante mais je crois que son autoritarisme m'aurait glacée

Punch-frappé 17/07/2012 09:31



J'ai longtemps ressenti que je pouvais me permettre n'importe quoi, du moment que la cause était juste. Mais la réalité du monde du travail m'a un peu raboté les ailes. Le refus de me
laisser enfermer dans une situation, de toujours chercher une porte de sortie, et une grande lucidité sur moi et les autres, peut-être , sont-ce des éléments de son caractère. Elle était la
dernière d'une fratrie, cela explique aussi un peu ce trait de caractère.  



Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia