Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 16:39

Mosaïques par Fatima Chbibanne-Bennaçar (Edition du Bout de la rue)

 


La poétesse, marocaine, possède un DEA  d’Anglais, mais quatre ans d’atelier d’écriture ont réveillé l’écrivain francophone qui sommeillait en elle. Ce premier livret de poèmes est dédié à la paix entre les hommes. Mais nous n’en doutons pas, de nombreux autres suivront.

 

Bien que la  seule langue utilisée soit  le Français, la couverture du livre pourrait faire tout d’abord croire qu’il est rédigé en arabe littéraire. Cette calligraphie magnifique est l’œuvre du célèbre artiste peintre marocain Mohammed Khallouf. Cette même calligraphie  illustre chaque  thème abordé.

Le titre Mosaïques reflète bien la diversité des sujets et des émotions qui y sont décrits : mosaïque des peuples, des sentiments ou des thèmes.

 

Ce livret est un plaidoyer pour l’amitié, l’amour et se dresse contre l’intolérance.

 

L’auteur est tour à tour une femme  noire maltraitée par un conjoint étranger qui l’a arrachée à sa terre natale,  un « boat-people » échoué dans un canot de fortune ou des êtres innocents brulés dans les fours d’Auschwitz.

 

«  Je pense à ces endroits dont certains nient l’existence

    Qui hantent la mémoire de notre grande histoire

    Avec dégoût, horreur et méfiance

    Je suis indignée devant toute intolérance

    Mais avec espoir en la raison j’ai confiance »

 

La muse délie les mots, fait fuser les émotions, déchaine les sentiments. C’est un hymne à la nature, à la joie de vivre et au bonheur. L’auteur a trouvé par la musicalité des mots à transmettre ses idées, dans  un message universel d’Amour.

 

 «  J’aime les miens et les autres également

     Je veux qu’ils soient heureux et passionnants

     Pour entretenir des rapports pareillement

     Je souhaite que nous soyons tous surprenants »

 

Et surtout, elle prie pour  l’entente entre les hommes, de crainte qu'un jour ils ne disparaissent tous:

 

«  ( …)

La mémoire de la terre écrira de sa plume indélébile

Une page heuristique de l’histoire humaine

Commençant ainsi : ici sur terre vécut l’homme. »

 

Il serait impossible  de les citer tous, mais chacun des vingt six textes en vers libres, qui composent ce livret, est un pur joyau.

 

Chantal Sayegh-Dursus

 

 

Partager cet article

Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 09:32

Anesthésie Amour et Fantaisie  par  Jacqueline Patriarche
 Société des Ecrivains

 

L’auteur nous entraîne dans le quotidien d'une vie d' infirmière dans les années 50. Notre héroine surnommée Françoise Lafleur est par sa philosophie de la vie le précurseur de travail, carrière, et  libération sexuelle pour les femmes. Mais cette non-autobiographie se télescope étrangement avec la vie de l'écrivain, qui finit ses études d'infirmière d'Etat en 1952 et est affectée, cette année là-même à l'hôpital Necker.
En 1956, quand  elle fait sa spécialité en anesthésie,  les premiers diplômés, avant elle, pour cette spécialité furent des infirmières.
Nous pouvons en conclure qu'elle mena avec maestria sa carrière d’infirmière anesthésiste, en mettant  un point d’honneur à ne perdre aucun malade. Et que, malgré une carrière où les vacances avaient peu de place, ne prit sa retraite qu’en 1991.

 

 

Elle écrit avoir beaucoup appris en écoutant les autres, ses parents en premier. Non pas leurs conseils, mais ce qui les avait fait réussir ou échouer dans la vie;  se faisant rapidement ainsi une idée du monde. Ce qui la décida à devenir une femme libre, par ses études d’abord, par son travail ensuite  et surtout dans ses amours.

 

Ce livre est avant tout un document d’anthologie qui décrit toute une tranche de vie de l’histoire de la médecine hospitalière. Une époque où rien n’était encore établi et où les infirmières devaient souvent jongler entre plusieurs hôpitaux. Une époque où l’on n’hésitait pas à remplacer les médecins par de simples infirmières quand venait l’époque des vacances. Et où celles qui voulaient travailler, enchaînaient plusieurs postes d’affilés, tout au long de l’année, et assurant leur service plusieurs jours à la  suite. Elle avoue de n’avoir eu parfois que des temps de sommeil fragmentés. Mais que sa « bonne nature » lui permettait de s’endormir rapidement, même en position assise, quand son temps de repos était arrivé, même s’il ne durait que deux heures.

Rouquine affriolante elle ne dédaignait pas non plus un beau garçon. Sa vie menée avec entrain ne lui laissa aucun regret, surtout quand elle rencontra l’âme sœur.

Toutes ses vies s’enchevêtrent et se complètent.  Comme un bâtisseur, elle a érigé la sienne, patiemment, pierre après pierre. Elle a connu tous les bonheurs et des périodes d’épreuve également. Mais elle a tout accepté, sans jamais baisser les bras et n’a jamais exigé de la vie ce qu’elle ne pouvait lui offrir.

 

L’écriture est fluide, comme coulant de source. Malgré le thème abordé,  assez ingrat il faut le reconnaître ; celui de la médecine hospitalière, on ne perd pas un seul instant le fil du récit. On  n’est pas tenté non plus, comme  pour certains ouvrages du même ordre, de survoler certains passages. Et  il est même difficile de refermer le livre avant de l’avoir terminé.

 

Chantal Sayegh-Dursus

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 22:20

 

Le Soleil des damnés  écrit par  Julien GUenou  (aux Editions Oasis)




Julien Guenou est  à la fois écrivain et Juriste., Ce serait amputer   l’homme d’une part importante de sa valeur que de ne pas signaler que, lourdement handicapé, il a pu au prix d’efforts surhumains se tenir debout et marcher. Il estime que tout comme lui, l’Afrique peut aussi le faire. Il essaie donc, depuis des années ,d’initier un projet d’autosuffisance alimentaire pour son pays d'origine, le Togo.

 

Après nous avoir séduit avec Le Bonheur à l’arraché, dont la facture était plus contemporaine, l’auteur semble  ici partir  à la recherche de l’Afrique des origines. Ce roman est  le début d’une Saga Africaine, commençant par la description  du paradis perdu. Une Afrique réhabilitée, où les Dieux anciens ramenés à la vie, défieraient  les   colonisateurs et les vaincraient. Un combat inégal, mais que l’imaginaire rend victorieux. Car l’Africain, Adam, ne croquerait pas la pomme d’Eve, représentée par l’Occident. Le titre « le Soleil des Damnés », semble nous inviter à un voyage ésotérique, mais dont nous ne possédons  pas la clé. Car tout est dans la transmission des traditions et des coutumes, révélées uniquement aux initiés qui s’en montreront dignes.

 

L’écriture y est fluide, légère car le rêve guide la plume. C’est  un  pur joyau de la tradition orale, retranscrite aussi fidèlement qu’il était possible de le faire, avec de simples mots. Aussi dès les premières lignes, nous nous trouvons plongés dans la plus pure  tradition du Conte Africain. Cet art   qui se doit,   tout comme dans un Conte des Mille et une nuits, de maintenir en haleine son auditoire, soir après soir, jour après jour. Comme si la vie même du Conteur en dépendait. Chaque déroulement, est  inattendu, chaque chute surprenante, chaque phrase émeut, Comme des enfants, nous voilà suspendus aux lèvres du narrateur, qui nous entraine dans son monde, un monde fantastique et fantasmagorique, tout à l’aube des premiers temps,  quand l’homme et la nature ne faisaient qu’un. Nous sommes ainsi témoins d’  une Afrique déflorée et décérébrée peu à peu, par une civilisation qui lui est étrange et hostile. 


Chantal Sayegh-Dursus

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Archives

Recueils collectifs pour Lélia