Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 Aimé Césaire arton262-145x200

Texte écrit alors que le Président Obama venait d'être élu à la maison blanche et attendait la passation de pouvoir:    

Le Nouveau Président du Monde arrive, il est déjà là !

     Il serait temps de déterrer nos morts...


                                      Une ère se lève, mais les vieux démons veillent !

                             La tempête a balayé les urnes

                             Nous laissant pantelants et surpris

                             Un Monde avance, il nous faut le rattraper !

                             Nous déplions nos blasons.

                             Et époussetons nos médailles.

                             Hier encore nous enterrions un grand homme.

                             Mais était-ce sa notoriété ou ses combats que nous célébrions ?

                             Après avoir scruté sa vie et son œuvre,

                             Mon  seul dossier-enquête, non publié,

                             Dans ce mensuel pour la jeunesse, envoyé le 26 mai 2008,

                            Je vous le confie ; afin qu’il n’ait pas été écrit en vain :

 

 

Ecrivain Martiniquais, qui vécut de juin 1913 à Avril 2008.

 

Elève boursier, Il fut admis en Septembre 1931  au Lycée Louis-le-Grand de Paris, en hypokhâgne. Il y rencontra le Sénégalais  Léopold Sédar Senghor. Ils fonderont avec d’autres amis, tels le Guyanais Léon Gontran Damas et le Guadeloupéen Guy Tirolien, le journal « L’Etudiant Noir ». Cette prise de conscience commune et cette fierté de leur appartenance au peuple noir donneront naissance au mot «  négritude ».

 

C’est dans la douleur, l’aliénation et la servitude, à une époque où Le Code Noir restait encore dans toutes les mémoires, que se fit l’accouchement de la négritude.  Car tous les outrages et  toutes les discriminations étaient justifiés à cause du pigment de la peau. Ce même mépris identitaire s’appliquait à tous les peuples colonisés. Et à l’Exposition de 1900 toutes ces nations, amenées de gré ou de force à «  la civilisation », furent présentées, voire même exposées.

 

Le métissage effréné, génération après génération, de ceux qui avaient eu le malheur de naître noir était le seul moyen de prendre enfin part à la civilisation des colonisateurs. A l’époque, seuls les postes d’artistes ne leur étaient point contestés tels Joséphine Baker ou Henri Salvador.

(...)

À partir de 1963  furent nommés les premiers préfets ultra-marins. 

 

Pour mieux comprendre la dynamique de cette prise de conscience noire il faut également faire un détour par Frantz Fanon, qui vécut de 1925 à 1961, et est considéré comme  l’un des acteurs de l’indépendance de l’Algérie.  Il fut un contemporain et  un îlien d’Aimé Césaire et élève au Lycée Schœlcher de Martinique où  ce dernier enseigna. Il écrivit en 1952 « Peau noire, masques blancs », où il exprime le désespoir de celui qui se sent blanc et a une peau noire ; du moins dont  l’humanité est déniée car il a une peau noire. Ce même désespoir d’être noir se retrouve, plus intensément encore, chez la romancière guadeloupéenne Michèle Lacrosil qui écrivit « Sapotille et le serin d’argile » (1960) et « Cajou » (1961). Car il ne faut point oublier qu’à cette époque le fait d’être noir condamnait à une double peine, née dans l’aliénation, qui se poursuivit bien après l’abolition de l’esclavage(*).

 

 

C’est encore grâce à Aimé Césaire que  les Antilles Françaises, à la sortie de la seconde guerre mondiale, doivent d’être devenues des Départements d’Outre Mer.

Ce statut, qu’il revendiqua  et obtint, fut «  le prix du sang versé » pour la libération de la France, quand les Antillais s’enfuyaient de leurs îles pour se rendre dans les îles Anglophones des Caraïbes pour se joindre aux troupes en partance pour l’Angleterre ou l’Afrique du Nord et participer ainsi à la libération de la mère patrie.

 

 

Mais pour mieux appréhender Aimé Césaire, il ne faut point oublier, l’île dans laquelle il naquit, revint à la fin de ses études, et où il choisit de mourir et d’être enterré.

D’ailleurs, dans «  Cahier d’un retour au pays natal », œuvre poétique, parue en 1939,  il invite implicitement tous les expatriés à rentrer chez eux afin de mieux aider leurs peuples.

 

Car en Martinique, avec l’accaparation de presque tout le foncier par les anciens colons et l’existence de  quartiers blancs et noirs, tout reste à libérer ou du moins à conquérir. C’est  pour cette raison, que de nos jours le  parti  indépendantiste régit la vie politique locale. 

 

(* )Quand j'ai lu cette dernière phrase le 20 décembre 2012 au Ministère de l'Outre-mer, il y a eu comme un flottement dans l'assistance et j'ai compris alors que les mots  '"à cette époque étaient de trop" 

 

 

 

Par Chantal Sayegh-Dursus       


Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia