Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 21:31
Le mariage, un roman décoiffant écrit par 93 auteurs et édité par TheBookEdition

Une Anthologie éphémère où l’ensemble des droits d’auteurs générés par ce livre est versé à l’association Rêves (www.reves.fr) pour lui permettre de réaliser celui d’un enfant ou d’un adolescent gravement malade.

Quatre-vingt-treize des auteurs [dont moi-même : "Punch-Frappé"] et illustrateurs des « Anthologies Éphémères » ont uni, une fois encore, leurs talents sur les pages d’un livre à plusieurs mains.

Marie et Clément se marient…
Un mariage, pensez donc, ce n’est pas si fréquent au village !
Les langues vont bon train, les souvenirs des uns se mêlent aux sous-entendus des autres… Joies et rancœurs alimentent les rumeurs.

Tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à la noce, en ont suivi les rebondissements, savent que ce fut une suite d’événements incroyables qu’ils échangent encore, à mi-voix, bien des années après.
Il ne faudrait pas qu’on les oublie !

« Le mariage », conte d’autrefois ou roman d’aujourd’hui ?... Ce sera au lecteur de décider.

Merci d'avance à tous.

Détails du livre
Auteur : Divers - Les Anthologies Éphémères
Rubrique : Littérature
Style : Romans
Format : 14,8x21cm (Exlibris)
Impression : Noir & Blanc
Pages : 334
Référence : 127818
N° ISBN : 978-2-9539217-5-5
Le livre 15.00€
Le montant exact des frais de livraison sera calculé lors de votre commande.

http://www.thebookedition.com/divers---les-anthologies-ephe…

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:27
Oliver Swan, un poète de notre temps

Oliver Swan est avant tout un romancier, bien que cela soit ignoré par les non informés.

Il vint à l’écriture grâce à son père qui lui fit découvrir, Jean –Michel Jarre, qu’il écoutait en boucle dès 1976 grâce à l’album « Oxygène », puis en 1978 vint « Equinoxe ». Ces derniers furent d’ailleurs, pendant longtemps, ses musiques de chevet.

Cette éducation musicale « in vivo » lui fait enfanter en 1989, après une période de gestation de 3 ans, d’un roman, « La Cité du Ciel »; ce dernier a pour cadre le Grand Nord, l’Alaska et l’Ouest Canadien et est en cours de négociation. Deux autres romans sont en préparation.

Mais en 1991, il se met également à la Poésie et publie en 1997 « Renaissance » aux Editions la Nouvelle Pléiade Paris.

Dans une approche spirituelle générée par une quête de l’indicible, de l’infini, il nous livre dans une création libre, mais néanmoins soutenue par une versification classique, une création éclectique et riche ; où la musicalité des mots emporte le lecteur dans un voyage rythmique.

« Il voyait à travers les murs,

Happé par l’inspiration

Van Gogh toi ma damnation

J’ai juré par toutes ses peintures »

Il obtient pour ce recueil, la médaille de bronze des poètes et artistes de France, en 1998.

« Instants présents », publié en 2002, aux Editions La Nouvelle Pléiade Paris, est le plus surprenant et le plus audacieux de ses ouvrages.

Le rythme guide résolument le texte, les mots ponctués sont en majuscules. Comme une portée à lire et à jouer. La cassure ramène à la ligne, ensuite tout repart. Les sujets sont plus prosaïques, inspirés d’instants de vie.

Il se fait modeste :

« Voler dans le CIEL toute la journée

AVOIR des souvenirs formidables

J’AI des milliers de VIES ; moi, passer à la télé ?

Je ne serais moins que minable. »

Ou plus railleur, moqueur :

« Excusez-moi

J’avais mal interprété son geste

Il y a des fois

Où l’on sortirait du citron un zeste ! »

Ce recueil est publié, dans « La Revue des Arts et lettres ».

Son troisième recueil de poèmes « Par chemins » publié en 2006, est le plus particulier ; sorte de nature morte d’instants, ou de paysages pris sur le vif.

« Page souillée par la marée noire, Tristan,

Tu obéiras à mon salut quasi existant…

Entretenir et soigner sa fugitive image,

Panoplie d’une plage. »

Ou encore,

« Ces jours en Normandie ont bien été ma chance,

Ces jours en Toscane nous rapprochent de la France,

Les voleurs sont toujours pauvres ; ils ne gardent point

Leurs pécules.

Les malins … se frottent la panse oui, en rêvant aux libellules. »

« La magie des mots » publié en 2015, aux Editions La Nouvelle Pléiade Paris, un pur chef d’œuvre, est dédicacé par Vital Heurtebize, le Président d’Honneur de la Société des Poètes Français.

Cet ouvrage est dédié à tou(te)s ses ami(e)s et ses parent(e)s de cœur.

Chaque vers est un plaisir. « La magie des mots » est le recueil le plus chéri des enfants de l’auteur, qui a pris dix ans à le mettre en forme. Ce soin si particulier se ressent quand nous le parcourons. Chaque mot semble choisi et ne pas se trouver là par pur hasard. Souvent d’ailleurs, il est fait référence, comme un clin d’œil à d’autres auteurs (Victor Hugo…), d’autres écrits (François de Closet).

Ses ouvrages sont vendus à Brooklyn et San Diégo, au Canada, en Belgique, en Autiche, en Italie, en Allemagne, au Danemark, en Suède et en Hollande.

Oliver Swan est Administrateur de l’association Lélia de l’Isle Adam, et participe tous les ans à ses recueils. Il a également contribué aux Anthologies poétiques de « Poésie en Vexin », et depuis quatre ans, à celles des Editions « Flammes vives ».

En 2012, il a, en outre, donné des colloques et des conférences sur Jean-Jacques Rousseau,

Membre du Trait d’Union Littéraire, et d’un groupe littéraire au Sénat, il remporta, en l’an 2000, la médaille d’argent des poètes et artistes de France.

Mais Oliver Swan nous réserve encore des surprises, car il a commencé à peindre.

Chantal Sayegh-Dursus

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 21:26
 17,50 €

17,50 €

L’auteur nous entraîne dans le quotidien d'une vie d’infirmière dans les années 50. Notre héroïne surnommée Françoise Lafleur est par sa philosophie de la vie le précurseur de travail, carrière, et libération sexuelle pour les femmes. Mais cette non-autobiographie se télescope étrangement avec la vie de l'écrivain, qui finit ses études d'infirmière d'Etat en 1952 et est affectée, cette année là-même à l'hôpital Necker.
En 1956, quand elle fait sa spécialité en anesthésie, les premiers diplômés, avant elle, pour cette spécialité furent des infirmières.
Nous pouvons en conclure qu'elle mena avec maestria sa carrière d’infirmière anesthésiste, en mettant un point d’honneur à ne perdre aucun malade. Et que, malgré une carrière où les vacances avaient peu de place, ne prit sa retraite qu
’en 1991.

Elle écrit avoir beaucoup appris en écoutant les autres, ses parents en premier. Non pas leurs conseils, mais ce qui les avait fait réussir ou échouer dans la vie; se faisant rapidement ainsi une idée du monde. Ce qui la décida à devenir une femme libre, par ses études d’abord, par son travail ensuite et surtout dans ses amours.

Ce livre est avant tout un document d’anthologie qui décrit toute une tranche de vie de l’histoire de la médecine hospitalière. Une époque où rien n’était encore établi et où les infirmières devaient souvent jongler entre plusieurs hôpitaux. Une époque où l’on n’hésitait pas à remplacer les médecins par de simples infirmières quand venait l’époque des vacances. Et où celles qui voulaient travailler, enchaînaient plusieurs postes d’affilés, tout au long de l’année, et assurant leur service plusieurs jours à la suite. Elle avoue de n’avoir eu parfois que des temps de sommeil fragmentés. Mais que sa « bonne nature » lui permettait de s’endormir rapidement, même en position assise, quand son temps de repos était arrivé, même s’il ne durait que deux heures.

Rouquine affriolante elle ne dédaignait pas non plus un beau garçon. Sa vie menée avec entrain ne lui laissa aucun regret, surtout quand elle rencontra l’âme sœur.

Toutes ses vies s’enchevêtrent et se complètent. Comme un bâtisseur, elle a érigé la sienne, patiemment, pierre après pierre. Elle a connu tous les bonheurs et des périodes d’épreuve également. Mais elle a tout accepté, sans jamais baisser les bras et n’a jamais exigé de la vie ce qu’elle ne pouvait lui offrir.

L’écriture est fluide, comme coulant de source. Malgré le thème abordé, assez ingrat il faut le reconnaître ; celui de la médecine hospitalière, on ne perd pas un seul instant le fil du récit. On n’est pas tenté non plus, comme pour certains ouvrages du même ordre, de survoler certains passages. Et il est même difficile de refermer le livre avant de l’avoir terminé.

(Critique réalisée par la Journaliste Chantal Sayegh-Dursus sur le site littéraire http://www.punch-frappe.com/ )

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 20:37
La magie des mots  par  Oliver Swan  aux éditions La Nouvelle Pléiade

La magie des mots par Oliver Swan aux éditions La Nouvelle Pléiade

La magie des mots  par  Oliver Swan  aux éditions La Nouvelle Pléiade

Que dire de « La magie des mots », le quatrième recueil de poésie d’Oliver Swan, publié à La Nouvelle Pléiade ; une maison d’édition qui n’accueille que des poètes et des écrivains d’exception ? La sincérité, la véracité des sentiments donne souffle et vie à une poésie qui parfois s'emballe mais n’est jamais en vers libres. Elle se plie à une versification classique, rigoureuse et maîtrisée. Cette maîtrise, jointe au talent du poète, donne naissance à un pur joyau littéraire, qui sourd d’un cœur, le sien.

L’ouvrage est totalement et uniquement dédié à ceux/celles qu’il aime, aux femmes de sa vie, à des proches ou à des ami(e)s. Nous découvrons toutes les facettes de son Art, alors que nous progressons tout au long du recueil, qui se divise en trois parties « Lilith », « À l’équinoxe » et « Au solstice ».

« Lilith », où tout est fantasmé, Oliver Swan se fait dragueur coquin, taquin :

« Allons au « nœud de la vague,

Y voir si quelqu'un te drague ?

Bercer les doux nénuphars

Pour le grand bal de ce soir ...

Et t’offrir une jolie bague !

Et te faire une belle blague ? »

Épicurien:

« Elle a la senteur des bois francs,

Qui mêle le ciel et l’arôme, (…) » (pour Virginie)

« Au moment de lui dire au revoir, nous Nous trouvions drôles ;

Rions peu, rions bien ; mettre à genoux,

Ceux qui me frôlent…

Quels jeux de rôles ! » (À Déborah)

« À l’équinoxe », les sentiments sont plus mesurés, avec une dédicace toute particulière pour son père et sa cousine.

« Au solstice », Oliver Swan se fait plus moqueur et acerbe :

« Souffler sur des braises rue Soufflot, je m'émiette !

Te cogner les yeux contre le reflet des têtes…

Jardin d'hiver

Jouer au grand air,

Rêve à l’envers. » (À Monica)

Chaque vers est un plaisir. « La magie des mots » est le recueil le plus chéri des enfants de l’auteur, qui a pris dix ans à le mettre en forme. Ce soin si particulier se ressent quand nous le parcourons. Chaque mot semble choisi et ne pas se trouver là par pur hasard. Souvent d’ailleurs, il est fait référence, comme un clin d’œil à d’autres auteurs (Victor Hugo…), d’autres écrits (François de Closet).

(Critique réalisée par la Journaliste Chantal Sayegh-Dursus sur le site littéraire http://www.punch-frappe.com/ )

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 20:46

Deux ans déjà, mais un succès inespéré en France et à l'étranger ( Espagne, U.S.A, Canada, Japon...). Très apprécié pour un premier ouvrage. Je permets donc, bien que j'en sois l'auteur, de vous le recommander. D'autant plus que les amis auxquels je l'avais offert m'ont avoué en avoir fait presque leur livre de chevet grâce à la spiritualité qui s'en dégage.


4-1ereCouv-PatchworkDeVies

 

                                                                              Arabesque, Copyright©Francine Fortier

                                                                               http://www.art-cad.net/accueil.php

 

Patchwork de vies nous invite au voyage dans de multiples vies rêvées ou vécues, d’une humanité en souffrance, en joie, en marche, et en… devenir.


Certains textes de l’ouvrage nous  conduisent dans un voyage introspectif à l’intérieur de notre moi inconnu jusqu’à la limite du vécu ; une conception novatrice du sens de la vie et de la création dans une logique séduisante  à laquelle l’on ne peut rester indifférent. 

 

Présentation  d' extraits :

 

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf 

 

 

Patchwork de vies, un ouvrage de 55 textes en 120 pages, publié dans la Collection l’Imaginable du Chasseur Abstrait;

ISBN:978-2355541865

   

Formats

Format Kindle

EUR 9,99

Immédiatement disponible en téléchargement et envoi gratuit en réseau sans fil par Amazon Whispernet.

Broché

EUR 20,00 -5%

 

Fnac, Amazon, Decitre, Les libraires, Librairie Dialogues...

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 14:54

Ce recueil spirituel a été dédié à un évêque et reçoit sa bénédiction en fin d'ouvrage.

 

Les spirituelles

 

Ecrivrez vos rêves et vous serez surpris ! En le faisant Chamarhèle s'est aperçue que tout s'imbriquait, que tout était, devenait cohérent... comme un chemin de vie. 

 

Cet ouvrage se présente comme un véritable témoignage, sans fars ni faux-semblants.

 

Un vécu parfois surprenant et déstabilisant, mais tout à fait soutenable pour l'auteur ...et pour nous.D'où venons-nous, où allons-nous, vers où nous dirigeons-nous ?
Mais ne sommes-nous pas de la matière dont l'on fait les rêves ?
Où vous procurez l'ouvrage en Ebook ou en Broché ?

Sur Amazon, à La Fnac, La Procure, Chapitre.com, cultura.com, decitre,....(www.google.fr/#q=chamarh%C3%A8le) et bien sur chez l'éditeur

http://www.edilivre.com/auteurs/chamarhele-8672.html

 

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 12:12

Je me suis rendu compte que des textes de cet ouvrage, pré-publiés sur le site Charlie Enchainé ( Revue de Presse du Canard Enchaîné et de Charlie Hebdo)  m'avaient  valu mon  contrôle fiscal en 2011, quand l'inspectrice du Trésor m'en a cité des passages entiers ( Contrôle diligenté ? Et par qui ? )

Eh bien oui, en France aussi, il faut payer pour avoir le droit d'exprimer tout haut ce que...

 

Air du temps

                                             13.50 €

 

BIENVENUE dans un monde étrange, où la réalité et la fiction se croisent, s’entrechoquent, se confondent parfois. Ce monde, c’est peut-être le nôtre, celui de demain, celui d’hier, celui d’aujourd’hui. Il est dans l’air du temps.

 

L’atmosphère qui se dégage des nouvelles de Chantal Sayegh-Dursus évoque bien sûr 1984, de George Orwell, mais plus irrésistiblement encore celle du Meilleur des mondes, d’Aldous Huxley. Ce roman d’anticipation, qui décrit une société hyper-hiérarchisée, aseptisée et artificialisée, publié pour la première fois en 1932, demeure plus que jamais d’actualité.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, en préface d’une réédition de son ouvrage, Huxley écrivait :

« À tout bien considérer, il semble que l’Utopie soit beaucoup plus proche de nous que quiconque ne l’eût pu imaginer, il y a seulement quinze ans. À cette époque, je l’avais lancée à six cents ans dans l’avenir. Aujourd’hui, il semble pratiquement possible que cette horreur puisse s’être abattue sur nous dans le délai d’un siècle. (...) En vérité, (...) nous n’avons le choix qu’entre deux solutions :

ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique rapide en général et de la révolution atomique en particulier, et se développant, sous le besoin du rendement et de la stabilité, pour prendre la forme de la tyrannie-providence. »

Les périls de notre siècle ne se nomment plus seulement Hiroshima, Nagasaki et Tchernobyl, mais aussi OGM, nanotechnologies, 11 septembre ou encore Facebook... Doit-on pour autant n’envisager l’avenir que par son côté obscur ?

Libérée de tout manichéisme, l’écriture de Chantal Sayegh-Dursus est empreinte de contrastes, tantôt d’une palette de couleurs pastel, tantôt de teintes gris clair-gris foncé, jamais en noir et blanc. Si les constats sont souvent amers, douloureux parfois, un optimisme réjouissant point çà et là :

 

« Les semences non génétiquement modifiées ressurgissaient, partout, en cette terre nouvelle et allaient permettre de nourrir la multitude. La reconstruction allait pouvoir commencer. Les énergies renouvelables s’imposèrent. » (Reprogrammation)

 

« La solidarité remplaçait désormais la défaillance des États à pourvoir au bien-être de chacun. Et ce fut la fin de la civilisation des gadgets et du développement effréné. La société postindustrielle était enfin née. » (Dilemme)

 

Charlie enchaîné a eu le plaisir de pré-publier la majorité des textes du présent recueil. Ils ont apporté une véritable fraîcheur littéraire à ce site à vocation satirique. Les voici à présent réunis dans cet ouvrage cohérent, qui ne saura pas laisser son lecteur indifférent.

 

Jérôme Champavère, fondateur et animateur du site Charlie enchaîné

Les dix-huit textes incitent à la réflexion, ils n’affirment  ou n’imposent aucun parti-pris, et dépeignent parfois  des points controversés de l’actualité.

Certains récits, bien que fictifs, nous renvoient vers un avenir probable et démontrent l’interconnexion entre les choix, les actions des hommes et le monde tel qu’il se dessine chaque jour.  

« Nous sommes tous responsables de notre propre aveuglement. Soyons toujours vigilants, car le monde de demain est déjà arrivé. »(Différenciation) 

http://www.edilivre.com/air-du-temps.html

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 21:04

Je me suis permis de faire sur mon site la promotion de cette association talentueuse :

 

 

Chers Membres et chers Amis des Passerelles,

 

Avec retard, mais avec plaisir, nous vous proposons une petite lecture :

 

Le N° 4 de la revue semestrielle Entre deux Rives vient de paraître.

Thème : « Jeux de mots : imitations, caricatures et répétitions ».

 

…Une façon de commencer 2013 toujours en poésie.

Revue disponible en suivant ce lien...

Nous vous en souhaitons une bonne lecture et vous remercions, par avance, pour sa diffusion.

 

Sachez que la poésie sera présente tout au long de l'année. Année que nous plaçons sous le thème des « Interculturalités », avec à la clé un Festival qui se prépare...

Découvrez notre Calendrier des activités 2013 et prenez date !

 

  

RAPPEL : A tous ceux qui sont intéressés et qui n'ont pas encore répondu...

FESTIVAL "L'ÊTRE EN ARTS" - Novembre 2013, à Saint-Denis

 

Thème : “Interculturalité(s) et Citoyenneté(s) : un mariage possible ?

APPEL À PARTENARIAT · APPEL À PROJETS

 

Vous êtes artiste, slameur, poète, écrivain, intermittent, conférencier, instit’, prof’, étudiant, professionnel, association, documentaliste, libraire, littéraire, cadre, ouvrier, amateur, curieux ? Les thèmes de l’interculturalité et de la citoyenneté vous inspirent, vous préoccupent, vous étonnent ? Nous avons pour ambition de vous donner la parole, le micro, le pinceau, la spatule et la plume ainsi qu’un espace d’expression lors de notre prochain festival que nous souhaitons mettre en place à Saint-Denis à la fin de l’année 2013. Si vous souhaitez intégrer ce festival, vous pouvez nous communiquer toutes vos propositions, vos suggestions d’intervention (oeuvres, textes, conférences, expositions, spectacles en tout genre, ateliers, tenue d’un stand, etc.). Nous tâcherons d’étudier vos propositions, d’y répondre et de vous convier pour une première réunion d’information dans les prochaines semaines. Manifestez votre motivation dès aujourd’hui et avant le 04 février 2013 !

 

PLUS D'INFORMATIONS :

* Association PASSERELLES EXTRA-MUROS : passerelles.extra.muros@gmail.com

* Dossier de présentation du FESTIVAL "L'ÊTRE EN ARTS" sur : http://passerelles-extra-muros.wifeo.com/documents/2013_Avant-Projet_Festival-2013-bis.pdf 

 

Merci de joindre à votre réponse, une présentation claire et détaillée de votre proposition d'intervention 

- sans oublier de préciser vos coordonnées (nom, prénom, adresse e-mail + téléphone + site Internet).

 

L'équipe de :

________________________________

P a s s e r e l l e s  E x t r a - M u r o s
Association Loi 1901
Pour que vivent les talents poétiques ! "

Siège social : 20, rue Samson 93200 SAINT-DENIS (France)
SIRET N° : 52105340500010
Tél. : +33(0)6.26.03.40.10 / +33(0)6.18.63.21.01

E-mail : passerelles.extra.muros@gmail.com
Site Internet : http://passerelles-extra-muros.wifeo.com/ 

2013, année de l'Interculturalité !

Découvrez le calendrier de nos activités 2013

En 2013, participez au Festival "L'ÊTRE EN ARTS"

Thème : Interculturalité et Citoyenneté

Retrouvez-nous sur facebook ! 

François Fournet

 

À Blondel (radio Enghien)  anime émission de Francophonie internationale

 

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 01:43

Julienne Salvat nuit%20cristal

 

Coll. Accent tonique

ISBN : 978-2-296-96308-5

9 euros, 48 pages

 

EXTRAITS

 

La couche pirogue en folie court à jadis

case navire ivre de fumeuses incandescences

elle perd le nord au long cours d’une odyssée de toile

qu’à l’envi balbutie l’enivrée

soumise au change de zombis enfants d’Hypnos rebelle

conflagrations d’hystérie marchande

mutineries carrousses et reniements sans façons

désespoirs mélasses et lamentations de pacotille

blues nègre qui prend le vent du sud profond.

 

Contact promotion - diffusion : Céline Lashermes
Tél. : 01 40 46 79 23 / Courriel :
 celine.lashermes@harmattan.fr

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 15:35

Mireille forme                                                                          10,37 €

   

 

Le 12 août 2003, je rencontrai Mireille Forme, à la signature avec d’autres écrivains des Hautes-Alpes, lors du second festival du livre et du patrimoine en Dauphiné, à Argentière-la-Bessée.

Mon attention avait été  tout d’abord attirée par une affiche surprenante :

 

  • Ateliers du silence
  • Contes au clair de lune
  • ….

 

J’y fis emplette de trois ouvrages d’auteurs différents, mais fus tout d’abord comme aimantée par celui de Mireille Forme.

Car, en prenant connaissance de la 4ème de couverture, la photo

 

qui y figurait, me rappela un peu l’enfance campagnarde de ma mère ; celle qu’elle m’avait narrée ; à une époque où le retour à la campagne n’était pas encore devenu tendance. Et de l'allure gauche qui avait sans aucun doute été la sienne à la même époque de son adolescence.

 

Ce jour-là, je récupérai une petite affiche, regrettant de ne pas pouvoir en acheter une plus grande. Mireille Forme me proposa alors de me l’offrir.

Je devais la  récupérer, deux jours  plus tard, dans la bijouterie de l’une de ses amies artiste à Embrun.

 Affiche 1 des Hautes-Alpes 001

 

En parcourant l'ouvrage, je découvris alors l’auteur dont c’était le premier livre. Elle y narrait de façon simple et imagée, la rude vie des siens, à la ville d’abord, et nous faisait  entrer ensuite dans le quotidien des ses grands-parents ; des paysans et bergers de montagne. De son grand-père qui suivait les bêtes dans les alpages, et y demeurait pendant toute la saison de " l'emmontagnage" ; se nourrissant d’un pain dur comme de la roche, de fromage, de lait et de cochonnaille préparée par sa grand-mère ; vivant dans une petite cabane de berger mal isolée et non chauffée. De la mort de celui-ci, qui connu la fin de plupart des bergers de cette époque ; une congestion pulmonaire contractée lors d'une saison plus froide que les autres.

 

J’eus envie de mieux connaître Mireille Forme et me rendis dans l’école de village où elle avait été, et m’enquis de la maison de la famille Forme. L’on me désigna la première tout au bout du petit village des Orres ; village éloigné de plusieurs kilomètres de la station touristique du même nom. 

  Les Orres Le village 04

 

Comme un retour à une vie non connue, non vécue, mais totalement intériorisée, grâce au talent de l’écrivain, Mireille Forme, je me retrouvai en territoire "retrouvé", et m’immisçai dans  toutes les légendes des Hautes-Alpes ; contées par sa grand-mère. Et le sens de l’affiche, Ateliers du silence, car le silence est parole,  et Contes au clair de lune me revenaient peu à peu en mémoire ; restitués à leur signification profonde ; offerts aux initiés qui accepteraient de suivre le chemin de leur compréhension par les sentiers de la découverte.

 

Les Orres le village

Les Orres le village 001

Les Orres le village 002

Les Orres le village 003

 

 

Repost 0
Published by Punch-frappé - dans Coups de coeur littéraires
commenter cet article

Présentation

  • : le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • le domaine de Chantal Sayegh-Dursus
  • : Quelques échantillons littéraires personnels, mais surtout des coups de coeur pour des auteurs ou des artistes, dont l'oeuvre ou les écrits m'ont interpellé ; ainsi que des entrevues avec des personnalités du Monde de la Culture.
  • Contact

Profil

  • Punch-frappé

http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/IMG/pdfs/Chantal%20SAYEGH-DURSUS-Patchwork_de_vies.pdf

vague au couchant

 

Recherche

couverture Patchwork de vies 

 

Air du temps

      Les spirituelles

 

 

Broché

Kindle

 

 

Ebooks sur Kindle

Recueils collectifs pour Lélia